juin 9

Le secret du bonheur au travail suédois

Papa travaille

0  comments

Savez-vous que les travailleurs suédois comptent parmi les moins stressés au monde ? Et que la pause-café peut faire la différence entre aimer ou détester votre travail.  Le secret des suédois tient en quatre lettres : FIKA.

Le mot “FIKA” est utilisé à la fois comme un nom et comme un verbe et vient du mot suédois désignant le café (kaffee), une obsession nationale au pays classé troisième plus grande buveur de café au monde! Similaire à la pause-café en France, la pause suédoise est littéralement un moment pour laisser le travail de côté. Elle a lieu à 10h et à 15h et l’objectif n’est pas de faire une mini réunion mais bien de passer un moment de détente entre collègues. Et ce rituel n’est pas forcement accompagné de café, l’important est vraiment de faire une pause dans la journée.

« C’est le moment où vous faites une pause, souvent avec un café ou avec un thé et vous trouvez une viennoiserie pour l’accompagner » explique Anna Brones qui a co-écrit le livre Fika: The Art of The Swedish Coffee Break. En Suède, le café est un moment qu’on attend avec impatience, un moment où tout le reste s’arrête et vous profitez du moment.

Et dans notre monde d’aujourd’hui qui va de plus en plus vite, nous voulons tous une excuse pour ralentir le rythme.

En Angleterre il y a l’ « afternoon tea », la « merienda » en Espagne et en Amérique du Sud et la pause-café du matin en France mais peu de cultures pratiquent la recharge mentale de manière aussi intentionnée et régulière que les suédois.

« La pause Fika que nous avons deux ou trois fois par jour nous rend plus productifs et efficaces. » affirme Lars Åkerlund qui a ouvert sa propre chaine de café suédoise à New York et qui l’a nommé comme le rituel.

L’entrepreneur suédois explique que sa femme et lui ont pensé à exporter la tradition suédoise après avoir été submergés par le rythme de vie lors de leur première visite à New York. « Tout le monde court partout, personne ne s’arrête pour manger ou boire et café et tout est consommé à emporter. Ensuite j’ai pensé qu’un moment Fika pourrait avoir du succès à New York. »

En 2010, une étude a révélé que les suédois étaient les moins stressés au monde. – peut être aussi en partie grâce à l’expérimentation que font les entreprise suédoises des semaines de six heures et aussi à l’obligation du Fika. ET même si seulement 1% des suédois font des heures supplémentaires, selon le dernier rapport Better Life de l’OCDE, ils ne sont pas pour autant moins productifs.

La professeur Viveka Adelsward de l’université Linkoping a étudié l’histoire des rituels sociaux en Suède et affirme que les pauses comme le Fika peuvent réellement augmenter la productivité. « Les études montrent que les personnes qui font une pause ne travaillent pas moins. C’est en fait l’opposé, l’efficacité au travail bénéficie de ses réunions informelles » écrit-elle sur son blog. Ses observations vont dans le sens d’une étude de 2014 de l’université de Standford aux Etats Unis qui défend une semaine de travail limitée à 50 heures maximum.

Naoko Yano, designer de la marque japonaise  MUJI, a dessiné  une collection au thème suédois pour sa marque japonaise. Elle dit qu’elle a été fascinée par l’efficacité de ces minis pauses suédoises. « Quand j’étais en Suède, ma première impression était que les suédois étaient très détendus au travail. Mais j’ai vite compris qu’ils avaient appris à passer rapidement de la détente à la concentration. »

La professeur Adelsward dit que ces pauses café informelles font tomber les barrières au sein du lieu de travail. « Les employés se rencontrent dans des circonstances informelles ; échangent des informations et commentent l’actualité. La hiérarchie s’efface pendent la Fika et nous sommes tous ensemble sans tenir compte des liens de pouvoirs et des positions. »

Un peu comme l’effet de proximité que Steve Jobs avait essayé de créer en remodelant les départements chez Pixar, Fika est aussi pensée pour encourager la créativité, dit Adelsward. « Nous avons une opportunité d’enlever la poussière de nos cerveaux, les remplir d’inspiration venant des autres et de tester nos idées et pensées »

Tout cela cela confirme bien ce que je disais dans un autre article : la convivialité est l’un des facteurs clés pour être heureux au travail.

 

L'auteur

Papazen

Je partage dans ce blog mon expérience de papa.

Vous pourriez aimer également ces articles

Les meilleurs livres jeux pour les enfants de 4 à 7 ans

Mes top livres pour les enfants de 3 à 5 ans

Notre top livres sur les loups pour les enfants

Laisser un commentaire

Your email address will not be published. Required fields are marked

{"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}